La guitare électrique, des règles différentes ?

A l’opposé de son aîné le modèle acoustique, la guitare électrique produit des sons grâce à des capteurs électromagnétiques. Compte tenu de cette particularité, la lutherie de cette guitare est totalement différente de celle des modèles acoustiques. Il n’est en effet pas nécessaire de convertir efficacement en onde sonores les vibrations des différentes cordes puisque le corps ne sert pas de caisse de résonance. Mais même en dépit de son rôle assez effacé, le corps de la guitare électrique souvent plein (solid body) et parfois creux (hollow body) participe au rendu sonore final.

Un instrument spécial

Contrairement aux instruments à corde acoustiques, il n’existe pas véritablement de choix en ce qui concerne les cordes de la guitare électrique. Celles-ci doivent nécessairement être fait à partir de matériau magnétique comme l’acier. Les cordes peuvent cependant être bien plus fines et beaucoup moins tendues que celles d’une guitare acoustique. Le degré de sensibilité des capteurs, ainsi que la fabrication des boîtes et pédales d’effet sont particulièrement importants dans la qualité du son. L’amplificateur et son haut-parleur occupent également une place importante.

Ce sont les variations de champ magnétique qui font fonctionner les micros de la guitare électrique. Par conséquent, les risques d’échos parasites ne sont pas négligeables. En effet, dans le cas où les micros capteraient des variations de champ magnétique différentes de celles des cordes de la guitare, le rendu sonore sera biaisé.

Des problèmes spécifiques

En outre, bien que fonctionnant sur le principe de l’électromagnétisme, la guitare électrique partage une particularité très importante avec la plupart des autres instruments à corde de la famille. Elle est principalement constituée de bois. De ce fait, en fonction de la température ainsi que de l’humidité de l’endroit où il est rangé, ce bois s’étirer ou se rétracter. Il en va de même pour les cordes en métal (acier / nickel). Des calculs complexes permettent de déterminer les différents coefficients de dilatation du bois et des cordes. Mais pour faire simple, une chute de 8°C au niveau de la température de la pièce où est entreposée la guitare détendrait les cordes de 0,6 mm. La guitare ne serait donc plus accordée.

A cela s’ajoute le problème de l’oxydation des cordes. Un guitariste qui joue avec des mains mouillées ou moites, ou une guitare rangée dans un milieu à forte humidité sont autant de facteurs de risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *